2021 03 28 Rameaux Homélie 2021 (Messe 9h30 / 11h00 Dimanche Rameaux matin)

Quelle chance nous avons d’être chrétiens !

Nous le savons bien : la même foule qui acclama Jésus lors de son entrée à Jérusalem (nous venons de le ré-entendre) est la même foule qui le jugea et le condamna huit jours plus tard. Il ne s’agit pas, là, d’un simple « incident de parcours », ni d’une simple (même grave) erreur judiciaire. Il s’agit bien plus de la versatilité de l’homme, du sentiment humain, de son jugement de raison, visiblement prêt à être girouette pour garder comme seul point central et inamovible son « moi » et son « jugement personnel-opinion » quitte à éliminer tout ce qui n’y répond pas.

C’est l’idolâtrie du « moi » que rien ne peut, aujourd’hui en particulier, remettre en cause. Dans une société comme la nôtre… Mais il ne s’agit pas de se lamenter sur nous-mêmes, ni encore moins de « désespérer » :

Mais c’est justement bien de cela que Jésus-Christ vient nous sauver : Jésus-Christ vient nous sauver de l’enfermement sur soi-même (l’éjection de Dieu et d’autrui) : ce péché personnel qui prend le sujet comme norme et centre, et qui ment sur sa réalité de créature… mais que rien ne peut remettre en cause :

+ Jésus-Christ donne sa vie pour nous… et cela ne nous questionnerait pas ? + Voilà 1 an, 6 mois qu’avons-nous fait comme démarche de conversion – ou – que nous ne sommes pas allés recevoir le pardon… et cela ne nous questionne pas ? Des signes qui nous montrent notre tour d’ivoire ?

  • Le regard satisfait sur soi-même… qui s’auto-condamne ou s’auto-amnistie…
  • La tyrannie du désir personnel idolâtré et que rien ne peut contrarier… sans risque de cri à l’injustice…
  • La liberté personnelle vécue comme absolue, et que rien ne peut questionner… La liberté ? OUI, mais pour quoi faire ? bien /mal ?
  • Le rêve de l’autonomie individuelle qu’aucune nécessité de fraternité ne peut désengourdir… + Mais une question vient maintenant tarauder le chrétien aujourd’hui…
  • Est-ce que Jésus-Christ sauve vraiment ? OUI, alors…
  • Est-ce que j’accepte de « suivre le Christ » aujourd’hui ?
  • Est-ce que je reconnais Jésus-Christ aujourd’hui comme « SAUVEUR » ?
  • Face aux questions du monde, face aux prises de positions politiques, face à l’épidémie, face à l’hégémonie de l’évolution des sciences, face à la puissante infiltration et ramification du mal … où le couvercle du mal semble se refermer sur ma vie …

C’est du SALUT dont j’ai besoin :

Oui, Jésus-Christ est Dieu qui vient rouvrir la porte (du tombeau du Christ, de nos tombeaux personnels), pardonner le péché, et re-donner la vie… Il soulève le couvercle…

Oui, Jésus-Christ est Dieu qui vient faire TOUT LE CHEMIN pour que je vive, dès maintenant, et pas seulement par-delà la mort… En effet, c’est MAINTENANT que j’ai besoin de vivre !! C’est maintenant que JC me fait entrer dans le Salut, me fait participer au Salut… IL me redonne souffle quand j’étouffe dans ce monde qui se contente de répondre à mes soifs en simple superficialité… Le confinement enfreint ma liberté… mais m’oblige aussi à aller voir au fond de moi ce que dit le Christ, et auprès du frère ce qu’appelle le Christ.

Notre dignité est extra-ordinaire : être aimés (c-à-d’accompagnés’) par Dieu, quoi qu’il se passe… et nous passerions à côté de cette présence de Dieu, à côté de cette dette envers Dieu sans nous en émouvoir ? Nous délaisserions cette communion dans l’amour effectuant bien plus que la réalisation de nos rêves, « et nous n’en aurions cure » disait St Bernard ?

  • Place de l’Evangile… la Parole de Dieu où Dieu se dit pour nous « ignorer les Ecritures, c’est ignorer le Christ » St Jérôme…
  • Place de la bienveillance fraternelle entre chrétiens : le monde nous regarde et nous attend dans la cohérence de notre foi… « on n’est pas chrétien tout seul … un chrétien seul est un chrétien en danger de mort »..
  • Place de l’altruisme envers nos frères les hommes… « ce que vous n’avez pas fait aux plus petits, à moi non-plus vous ne l’avez pas fait »… redit le Christ dans St Mtt.

Dieu nous a créés comme sentinelles pour nos frères… non pas seulement pour « veiller au grain »… mais pour « veiller au BIEN »… et dans cela tôt ou tard Dieu qui agit ne peut pas se cacher… mais témoigne de Celui qui fait ses œuvres en nous, nous qui tâchons d’exister comme disciples…

P. Rémi Griveaux

IMG_0756
Back to top