Sainte Philomène

Grands témoins d’Ars contemporains ou amis du Saint Curé : Sainte Philomène

Sainte Philomène Sainte Philomène2

« La petite sainte du Curé d’Ars »

Pour faire le point au sujet de sainte Philomène, il semble important de mettre en lumière trois aspects : son existence, sa biographie et enfin son culte.

L’existence de sainte Philomène

Découverte des ossements et de l’inscription

En 1802, au cours des fouilles officielles entreprises sous l’autorité du Saint-Siège, on découvrit, dans la catacombe romaine de Priscille, les ossements d’une jeune fille dont la sépulture était fermée par trois briques portant cette inscription : « LUMENA / PAX TE / CUM FI ». On jugea que, par inadvertance, l’ordre des briques avait été inversé et qu’il fallait lire :« PAX TE / CUM FI / LUMENA », c’est-à-dire : « La paix soit avec toi, Philomène », nom qui signifie « bien aimée ». Les différents signes décoratifs qui entouraient son nom - surtout la palme et les lances - incitèrent à considérer ces ossements comme ceux d’une martyre des premiers siècles chrétiens. On pensait alors que la majorité des corps présents dans les Catacombes dataient des persécutions romaines de l’époque apostolique.

Difficulté de l’identification et de la datation

Plusieurs chercheurs (Marucchi-Leclercq) ont conclu que les ossements devaient être plus sûrement attribués à une défunte du IVe siècle, à une époque où l’on enterrait massivement dans les catacombes et où l’on fermait les tombes avec des morceaux d’anciennes épitaphes trouvées sur place. Mgr Trochu, biographe du saint Curé, a montré la fragilité de cette hypothèse et opté pour une date ancienne, proche de l’âge apostolique ; du point de vue de la science historique, rien n’est donc définitivement tranché.
Aujourd’hui, on peut dire que l’existence de sainte Philomène n’est ni plus, ni moins prouvée - historiquement - que celle d’autres saints officiellement vénérés dans l’Église (saint Georges, par exemple). L’attestation de nombreux miracles et la piété largement répandue chez de nombreux fidèles et pasteurs - notamment celle du Curé d’Ars - ne sont pas des preuves déterminantes du point de vue de la science historique. Elles incitent pourtant à respecter la mémoire de celle dont les ossements ont été découverts, il y a deux cents ans.

Statue Ste Philomène Ste Philomène

La biographie de sainte Philomène

La relation de Dom François di Lucia

Les récits sur la vie de sainte Philomène s’alimentent uniquement à deux « sources » récentes. D’abord, Dom François di Lucia, prêtre de Nole dans la région de Naples. En 1805, il devient détenteur des reliques et rédige en 1824 une « Relation », sorte de « biographie » de sainte Philomène, dont il faisait une martyre de la persécution de Dioclétien au IVe siècle. Son récit a été rédigé uniquement à partir de l’interprétation des signes décoratifs entourant l’inscription : ainsi la vierge martyre aurait été d’abord percée de flèches (lances), puis jetée dans le Tibre (ancre) avant d’être décapitée par le glaive, etc…

Les visions de Sœur Marie-Louise de Jésus

La source la plus circonstanciée de la « vie » de sainte Philomène est constituée par les visions d’une religieuse napolitaine, Sœur Marie-Louise de Jésus, qui a pu s’inspirer du livre de Dom Lucia. Un « récit abrégé » de ses révélations a été publié par Dom Lucia lui-même, en 1833. Le livre a obtenu l’Imprimatur du Saint Office (devenu depuis Congrégation pour la Doctrine de la Foi) ; ce qui ne garantit pas l’authenticité des visions, mais atteste que rien, dans le texte, n’est contraire à la foi et aux mœurs. Cette « biographie » reprend la plupart des éléments communs à l’histoire des vierges martyres des premiers siècles de l’ère chrétienne ; elle a aussi inspiré au peintre Borel les fresques intérieures de la Basilique d’Ars. Mais la transcription d’une révélation privée n’est pas garantie par l’Église.

Une mise au point provisoire

En 1929, le célèbre biographe du Curé d’Ars, Mgr Trochu, a publié une étude documentée sur la question de sainte Philomène. L’auteur s’efforce de répondre aux objections de Marucchi et Leclercq concernant l’identification et la datation des ossements. Il reste très discret sur la vie de Philomène et se contente d’imaginer les grandes étapes de son initiation chrétienne, compte tenu des usages de l’époque : son baptême et sa confirmation, sa consécration dans l’ordre des vierges, son martyre… La plus grande partie de son travail concerne cependant l’histoire du culte de la sainte.

Le culte de sainte Philomène

Une dévotion populaire

À la faveur de nombreux miracles, la dévotion populaire à sainte Philomène s’est propagée très rapidement, en particulier à partir de 1805, à l’occasion du transfert de ses reliques à Mugnano (Italie). C’est Pauline Jaricot (lyonnaise et fondatrice de l’œuvre de la Propagation de la Foi) qui, à la suite d’un pèlerinage et de sa propre guérison, apporta des reliques au Curé d’Ars. La fête se célébrait alors à Ars le 11 août.

Un culte reconnu

En 1837, le Pape Grégoire XVI autorise en effet le culte public de la sainte, d’abord pour le sanctuaire de Mugnano, puis pour le diocèse de Naples. Avec les indults nécessaires, la permission est accordée à la paroisse d’Ars, à la grande joie de Jean-Marie Vianney. En 1855, une Messe et un Office propres sont approuvés par le bienheureux Pie IX, qui se rend lui-même au Sanctuaire de Mugnano. Léon XIII et saint Pie X témoignent aussi publiquement de leur dévotion envers elle, sans que ces actes, bien sûr, n’engagent leur infaillibilité quant aux données historiques sur la vie et le martyre de Philomène.

Peinture Ste Philomène Sainte Philomène2

Une prudente réserve

Il demeure que bien des précisions d’ordre historique nous font défaut à son sujet, et ni les miracles, ni la dévotion des fidèles ne peuvent y suppléer. De plus, on ne trouve aucun témoignage des premiers siècles concernant la manifestation d’une dévotion envers Philomène. C’est pourquoi, selon les critères exigeants de la science historique contemporaine, lors de la révision du martyrologe romain en 1961, le nom de Philomène n’a pas été conservé. Cette décision liturgique ne tranche pas la question historique, mais la laisse en suspens dans l’attente d’études plus complètes.

En conclusion

Actuellement, l’hypothèse favorable à l’existence historique de Philomène n’est pas exclue. Les restes retrouvés à Rome en 1802 peuvent très bien être ceux d’une authentique élue, quels que soient son nom, sa vie et les circonstances de sa mort. À travers les prodiges qui se sont multipliés autour de ses reliques, Dieu a pu vouloir la faire connaître au monde dans un dessein particulier de miséricorde, comme le suggèrent tant de témoignages concordants.
L’Église est une Mère prudente pour ses enfants. Elle règle avec sûreté ce qui concerne le culte des saints. Elle s’assure d’abord de leur existence et des marques certaines de leur sainteté. Elle est aussi juge de l’opportunité de les présenter ou non à la vénération publique et à l’imitation des fidèles. Pour le moment, l’Église estime préférable de ne pas promouvoir le culte public de sainte Philomène. C’est pourquoi, dans un esprit de filialité, le Sanctuaire d’Ars n’organise pas de célébrations publiques. Ceci est tout spécialement vrai sur le lieu où l’Église nous invite à venir prier le saint Curé et où elle nous le donne comme « patron de tous les curés de l’univers ».
Pour autant, les pèlerins d’Ars, comme les chrétiens du monde entier, peuvent librement témoigner de manière privée leur dévotion envers sainte Philomène, et prier Dieu par son intercession. Dieu entend toute prière faite avec foi et exauce la sincérité d’un cœur croyant.
À la demande du Sanctuaire d’Ars, la Congrégation pour le Culte divin a pris en charge le dossier de sainte Philomène, en liaison avec la Congrégation pour la Cause des saints. Nous attendons les conclusions de la Commission ad hoc. D’avance, nous nous en remettons, en toute filialité, au jugement de l’Église concernant l’existence et la vie de sainte Philomène, et à ses sages décisions relativement à son culte.